Stanislas Dehaene

Partie 1. Les neurosciences à l’école, quelles transpositions possibles ? : Sciences cognitives et apprentissages, comment ne pas manquer un dialogue fondamental ?

Bonjour à tous

Je retrace ici le contenu de la journée de formation organisée par l’enseignement catholique le 6 février 2018 au Centre des Congrès de Saint-Etienne pour l’ensemble des enseignants du privé. La conférence était animée par Pascale Toscani, psychanalyste, maître de conférence à l’UCO (Université Catholique de l’Ouest) d’Angers en psychologie cognitive et responsable du GRENE (Laboratoire des neurosciences éducatives). Le GRENE, c’est 40 % de chercheurs et 60 % d’enseignants (de la maternelle à l’enseignement supérieur). Actuellement, ce sont 38 chercheurs de toute la France qui collaborent avec des laboratoires étrangers, aux USA ou en Polynésie française,…).

Partie 1. Sciences cognitives et apprentissages, comment ne pas manquer un dialogue fondamental ?

En guise d’introduction, Bruno Pangé, le directeur diocésain a demandé une minute de silence en mémoire d’une ancienne collègue disparue et a proposé à ceux qui le souhaitent de réciter le « notre père… » Afin de vous livrer un compte rendu complet et intéressant, j’ai croisé mes notes avec celle d’une collègue ainsi qu’avec des informations complémentaires récoltées sur des sites spécialisés.

Stanislas Dehaene

Stanislas Dehaene
Les neurosciences au service de l’éducation nationale avec Stanislas Dehaene

La référence à Stanislas Dehaene, nouvellement nommé au ministère de l’éducation nationale, responsable psycho cognitif, est souvent revenue.

En lien complémentaire, vous pouvez lire l’article « Cinq idées que défend Stanislas Dehaene, l’éminence grise de Jean-Michel Blanquer » publié le 12.01.2018 par Pierre Ropert sur https://www.franceculture.fr/sciences/stanislas-dehaene-en-cinq-idees.

On notera entre autres que « le gros du travail de recherche de Stanislas Dehaene s’intéresse à la question de la conscience. Pour ce dernier, il existe une “science de la conscience”. Selon lui, l’émergence de la psychologie cognitive a permis la réhabilitation de l’introspection ». Cette notion de conscience entre bien évidemment en lien directe avec les idées étudiés sur ce site, la communauté éduconscience et la conviction partagée que le métier d’enseignant doit évoluer.

« Je pense qu’un bon enseignant est un enseignant qui a un bon modèle mental du cerveau des enfants”, précisait-il en introduction de sa conférence “Les grands principes de l’apprentissage”, tenue en 2012.  Pour Stanislas Dehaene, partisan de la méthode Montessori, le système éducatif français a notamment pour défaut de ne pas former les enseignants aux sciences cognitives.

À lire : « Le code de la conscience – 2014 – Odile Jacob »

« D’où viennent nos perceptions, nos sentiments, nos illusions et nos rêves ? Où s’arrête le traitement mécanique de l’information et où commence la prise de conscience ? L’esprit humain est-il suffisamment ingénieux pour comprendre sa propre existence ? La prochaine étape sera-t-elle une machine consciente de ses propres limites ? » ou à découvrir en vidéo :

L’information semble passer peu à peu dans le système scolaire, tout du moins, au sein de l’enseignement catholique, qui après une conférence axée sur le 1er degré l’an dernier, propose cette année, la même conférence mais destinée au 2ème degré.

Un terme parapluie

enfant au parapluieLes Neurosciences sont, selon les anglophones, un terme parapluie, utilisé pour couvrir une large catégorie de fonctions. Je vais ici tenter de déployer ce parapluie, d’autant que les enseignants en ont bien besoin actuellement, pataugeant sous une pluie de doute qui assaille continuellement leur pratique professionnelle. Les Neurosciences englobe tous les champs d’études qui portent sur le système nerveux.

En clair, tout ce qui tape sur le système !!! Scolaire aussi ???

Elles s’appuient sur les sciences cognitives qui décrivent, expliquent les principales dispositions et capacités de l’esprit humain (langage, perception, coordination motrice, planification, décision, émotions, conscience,… autrement dit, les fonctions cognitives) et sur les expériences menées à partir de l’E.E.G. (électroencéphalographie) et l’I.R.M. (imagerie par résonance magnétique). Cette dernière est citée comme une invention très importante marquant un bouleversement scientifique et éducatif, permettant de voir un cerveau fonctionnant en temps réel. L’I.R.M. offre une lecture complète du fonctionnement cérébral et de ses transpositions didactiques.

Depuis 10 ans, les Neurosciences ont fait leur entrée dans le domaine des apprentissages. On les appelle les Neurosciences de l’éducation. Le sujet d’étude principal est « Apprendre à apprendre ». 

Neurosciences, sciences cognitives et sciences de l'éducation
Une belle croisée des chemins

« C’est important d’essayer de changer de paradigme. » comme le démontre la pédagogie Piaget utilisée notamment dans le primaire. « Les suggestions de Piaget en ce qui concerne l’éducation intellectuelle portent sur trois plans, l’organisation scolaire, les méthodes d’enseignement et enfin les contenus d’enseignement. » Mais il convient de les éclairer à la flamme des nouvelles sciences. Pour en savoir plus, vous pouvez visiter le site de la fondation : http://www.fondationjeanpiaget.ch

Le « Connect on » – ou comment différents types de neurones du cortex cérébral se connectent les uns aux autres; comment produire différents types de transmission synaptique et de plasticité; et comment les propriétés synaptiques spécifiques contribuent à générer diverses formes d’oscillations de réseau – représente la carte neuronale élaborée afin de comprendre le fonctionnement du cerveau en situation d’apprentissage.

De nombreux laboratoires travaillent ensemble sur des projets internationaux : Blue Brain, Human Brain Project, Human Brain Mapping,… Le premier projet existant est celui de l’O.E.C.D. (ORGANISATION FOR ECONOMIC COOPERATION AND DEVELOPMENT ou en français, O.C.D.E. : ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES) mis au point afin de cartographier le monde entier en 9 ans. La France, trop axée sur la discipline plutôt que sur la question du « Apprendre à apprendre », n’est pas entrée dans le projet O.C.D.E.

IRM enfant
Comment rassurer l’enfant pendant l’IRM ?

« On ne va pas mettre les enfants dans des I.R.M. tout de même ! » s’exclame Philippe Meirieu, auteur de « Apprendre… oui, mais comment, Paris, ESF éditeur, 1987 » qui en est à sa 21ème édition ! Dans ce livre, le grand pédagogue, que l’on ne présente plus, « présente des outils qui peuvent permettre de « lire » les situations pédagogiques, de se repérer au milieu de la multitude d’informations à gérer dans la construction des situations d’apprentissage et de prendre les décisions les plus pertinentes. l’originalité de ce livre tient aussi à sa forme : le lecteur s’y trouve mis en situation d’activité, confronté à des exercices, des récits d’expériences pédagogiques ou d’événements de la vie scolaire ; à partir de là, l’auteur dégage avec lui quelques principes fondamentaux et propose toute une série d’outils qui pourront être utilisés par les instituteurs, professeurs, formateurs : des outils pour imaginer, construire et adapter une pédagogie véritablement différenciée, des outils pour pratiquer l’aide méthodologique, des outils pour travailler à la réussite de tous. Un livre qui dépasse enfin le clivage théorie-pratique et qui deviendra vite une référence pour tous les professionnels de l’apprentissage »https://www.meirieu.com

La réponse de Pascale Toscani ne se fait pas attendre : « Oui ! Nous proposons aux enfants d’entrer dans la peau d’un cosmonaute pour se laisser poser des électrodes sur la tête et entrer dans le vaisseau spatial I.R.M… »

Après vingt ans d’un travail de pointe en neurosciences, la communauté éducative prend conscience du fait que « comprendre le cerveau » peut indiquer de nouvelles voies de recherche et améliorer politiques et pratiques éducatives. Nous ne nous étalerons cependant pas ici sur l’aspect économique de la démarche même s’il y a lieu de se poser la question d’un quelconque intérêt partagé avec les politiques.

Ouvrages de référence

Chaque ouvrage lié à des études de cas sur le sujet devient vite obsolète de part de l’avancée rapide des recherches. Ainsi des ouvrages sur Les Neurosciences et l’apprentissage qui ont plus de dix ans s’avèrent dépassés. Certains se lisent gratuitement sur le Net.

De nouvelles publications sur le sujet voient le jour régulièrement. Il existe de nombreux ouvrages à destination des enseignants et des enfants tels que : « J’utilise mon cerveau » pour le collège et le lycée ou « Dynamiser les pratiques éducatives avec les Neurosciences », résultat de nombreuses expériences en classe.

Vous pouvez obtenir gratuitement un e-book de 16 pages indiquant des liens vers des ouvrages ou des vidéos gratuites en vous inscrivant gratuitement dans la communauté éduconscience et en laissant votre commentaire sous cet article. N’oubliez pas de préciser votre volonté de recevoir votre “e-book contact“, je me ferais un plaisir de vous l’envoyer personnellement par courriel.

Ne manquez pas la 2ème partie de cet article à suivre…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *